Détection des mensonges et empathie

Bonjour à tous et à toutes , bienvenue dans ce nouvel article sur la détection des mensonges.

Nous allons aborder une technique dont je parle régulièrement dans mes techniques de détection des mensonges, il s’agit de l’empathie. La définition du dictionnaire concernant ce mot est la suivante: « faculté de s’identifier à autrui, capacité de ressentir les émotions des autres » ou encore: « faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent ».

Le terme empathie utilisé dans ces techniques est  à mettre entre guillemets. En effet, étant donné que vous n’êtes pas votre interlocuteur, que vous n’êtes pas dans sa tête, vous ne pouvez avoir en main tous les tenants et aboutissants d’une réaction. Même si vous connaissez bien cette personne vous saurez qu’elle réagira de telle ou telle manière parce que vous l’avez vu réagir de telle façon à telle situation. Et que dire alors de la personne que vous rencontrez pour la première fois, lors d’un entretien d’embauche ou lors d’une rencontre privée par exemple ?

Lors de mes précédents articles (ou dans mes livres) je demande toujours à mon lecteur ou ma lectrice d’essayer de se mettre à la place de l’autre pour analyser une situation. Il s’agit là, non pas d’essayer de ressentir les émotions de votre interlocuteur mais de vous demander ce que vous vous feriez à sa place si vous deviez mentir dans une situation donnée. Cette technique peut être facile à exécuter pour certains mais difficile pour d’autres. Elle permet de  comprendre plus facilement mais aussi plus rapidement, le fonctionnement, le processus d’une réaction liée aux émotions.

Certaines personnes se contentent de l’information et l’applique comme telle. Par exemple, je vous demande d’analyser les réactions d’une personne assise sur une chaise et qui se trouve en face d’un recruteur qui va lui poser une question sensible. Question qui pourra éventuellement faire mentir le candidat. Je dis par exemple que le candidat va mentir car il ne voudra pas révéler une certaine information et qu’il va émettre des signaux de mensonges parce qu’il ressent à ce moment là une forte émotion. Cette émotion va faire réagir son corps en lui faisant prendre une certaine posture, une expression sur le visage ou répondre à la question d’une certaine manière. Vous pouvez prendre ce que je viens de dire tel quel et tenter de l’appliquer aux situations que vous croiserez. Mais vous pouvez aussi et c’est ce que je vous conseille de faire c’est de vous mettre à la place de cette personne, ici un candidat en entretien d’embauche et de vous demander comment vous allez vous comporter. Qu’est-ce que vous allez ressentir si tout d’un coup vous deviez mentir à cette personne tout  en la regardant les yeux si je puis dire. Surtout si mentir aux autres vous pose un problème en général.

C’est en fait un excellent exercice et plus vous le pratiquerez plus cela deviendra automatique. Et plus cela sera automatique et plus vite vous détecterez des signaux de mensonges même sans vous en rendre compte. Vous l’avez donc bien compris, il ne s’agit pas de se mettre dans la tête de l’autre et d’essayer de deviner ce qu’il va ressentir mais bien de se mettre à sa place et de vous demander comment vous allez réagir dans cette situation.

Certes, certaines personnes laissent transparaître moins de signaux que d’autres, mais faire cet exercice constituera une très bonne base. Le « comment vous allez réagir dans cette situation » désigne bien dans quel état d’esprit vous allez vous trouver, serez-vous sous le coup d’une forte émotion ? Quels sont les gestes que vous risquez de générer ? Quels types de réponses allez-vous donner à votre interlocuteur ? Vous comprendrez bien plus facilement pourquoi une personne reste laconique et donne très peu de détails sur une situation donnée. En effet si vous n’avez pas vécu cette situation il sera plus difficile d’en parler, surtout en « temps réel ».

Exercez-vous régulièrement à vous mettre à la place de la personne que vous observez. Nul besoin de le faire en temps réel, observez des discussions (et écoutez bien sur), observez un discours à la télévision lorsqu’une personnalité déclare une chose très importante mais baisse son regard à ce moment là (pour prendre un exemple simple). Qu’a-t-elle dit d’important à ce moment là ? Maintenant, mettez-vous à sa place. Mais faites-le vraiment comme si vous deviez réellement le faire, fermez les yeux et imaginez vous vraiment dans cette situation.

Vous devez faire une déclaration importante devant des caméras de télévision et implicitement devant des milliers/millions de personnes. Mais vous devez mentir  sur un point bien précis. Avez-vous assez de cran pour mentir à ce point à tous ces gens ? N’avez-vous pas peur qu’on vous ressorte mot pour mot votre discours dans quelque temps ? N’allez-vous pas ressentir une forte émotion au moment où vous devrez mentir ? N’est-ce pas d’ailleurs déjà le cas !? N’est-ce pas pour cela que vous émettez en ce moment même une image qui donne une impression de quelqu’un de fermé, mal à l’aise ?

Quand vous aurez pratiqué cet exercice régulièrement, à la première fraction de seconde où vous aurez une personne « de visu » votre cerveau vous aura déjà transmis une foule d’information sur cette personne. Ce qui vous fera peut-être émettre des doutes à propos de celle-ci que vous aurez à présent dans le collimateur et que vous ne lâcherez plus tant que vous n’aurez pas la confirmation visuelle de ce que vous a transmis intuitivement votre cerveau. Confirmation par des réactions j’entends bien.

C’est donc un exercice qui peut être difficile, il faut de l’imagination et un zest de concentration pour vous mettre pleinement dans une autre situation mentalement. Ce processus de répétition et d’entraînement mental donne accès à ce que je nomme la fabrication des intuitions et de cela aussi je parlerai dans un prochain article.

Puisque l’on est dans ce processus de « détachement d’une situation » il y a une technique que j’utilise également beaucoup lorsque j’observe les signaux de mensonges chez quelqu’un et qui est : de regarder ailleurs !

Non pas d’éviter la situation bien sur mais vous devez, selon la situation bien sur, observer non pas seulement votre « cible » mais aussi les personnes qui se trouvent à coté de celle-ci. Car ces personnes, souvent proches de la cible (pas seulement physiquement mais aussi intimement), émettent aussi des signaux. Il n’est pas rare, dans un discours où la personne qui parle est entraînée à ne rien laisser transparaître, que les personnes proches d’elle réagissent. Réagissent aux mensonges de celle-ci, aux attaques dont elle fait part, et donc, trahissent en quelque sorte par procuration les émotions de celle-ci.

Essayez et vous verrez. En tous cas, voici encore une bonne occasion de vous entraîner ! La chose importante que vous apportera cet effort d’entraînement est la capacité d’observer en même temps plusieurs personnes. Entraînez-vous, ce ne sont pas les occasions qui manquent lors des discours à la télévision, lors des réunions d’entreprise si souvent inutiles et terriblement soporifiques . Voilà à quoi vous passerez vos prochaines réunions et en plus vous donnerez ainsi l’impression d’être extrêmement concerné par le sujet… Lorsque vous serez bien entraîné là aussi votre cerveau vous transmettra naturellement les informations de plusieurs protagonistes en même temps tout en vous permettant de rester concentré sur la cible. Ce qui est en fait l’objectif de cette technique.

Si je devais résumer cet article à la terminologie légèrement militaire, après tout vous essayez de faire face à des gens qui essaient de vous mentir donc pas de pitié, c’est, comme je l’ai souvent répété une affaire d’observation mais surtout d’ ent-traî-ne-ment ! La théorie c’est bien mais la pratique vous placera à un autre niveau de jeu, vous pouvez me faire confiance.

Je vous souhaite à tous et à toutes de très bonnes fêtes de fin d’année.

Bien à vous,

Philippe

11 thoughts on “Détection des mensonges et empathie

  1. bonjour philippe
    comme ça non je n’ai pas de documentation
    c’est dis et redis dans les cours de pnl et il me
    semble dans certains livres je vais chercher
    et en ferai part néanmoins une explication ils n’en ont pas ça a été remarqué en europe quand la
    pnl a traversé l’atlantique il y a bien les
    explications fantasmogoriques que c’est la preuve
    que les basques seraient des descendants des
    atlantes etc… au secours les allumés sont la
    meilleurs voeux
    cordialement

  2. Bonsoir Mike,
    Mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année. Oui effectivement il est difficile de nier cette orientation du regard. Même s’il y a quelques variantes tous les « cas » que j’ai observé font état d’une orientation du regard en fonction d’un appel mémoire (pour reprendre une terminologie informatique) ou d’une tentative de création d’une réponse. J’ai posé cette hypothèse pour essayer de trouver une explication en la liant aux émisphères du cerveau. Elle est peut-être éronné mais elle n’empêche pas les résultats.
    Avez-vous de la documentation sur ce « paradoxe Basque » ?
    Bonne soirée,
    Cordialement,
    Philippe

  3. Bonjour Philippe effectivement il n’existe pas d’étude scientifique a ce sujet et ceux qui
    commencent des recherches sont bloqués par le
    paradoxe basque quoique des basques peuvent avoir
    un schéma habituel.
    j’ai assisté a une conférence ou un neurologue
    prof d’univ ne trouvait aucune explication quoique
    étonné par les démonstrations pratiques et leur
    justesse le but de la pnl c’est d’employer
    des techniques de communication et de thérapie
    qui fonctionnent l’aspect scientifique c »est autre chose .CHAQUE FOIS qu’on me sort une théorie a ce sujet je réponds comment se fait il que ça ne fonctionne pas pour les basques.

  4. Bonsoir,
    Cette relation entre l’orientation du regard et le processus de création ou d’appel à la mémoire et à mettre en relation avec les hémisphères du cerveau. Si vous avez cherché des infos là dessus vous n’en trouverez aucune. Moi-même à l’époque où j’ai tenté de le savoir je n’avais trouvé aucune information. En réfléchissant au fonctionnement des hémisphères du cerveau j’ai déduit celle relation. C’est donc une hypothèse que j’ai posé. Cela ne change rien bien entendu aux résultats produits.
    Juste pour information, mais ca reste entre nous, c’est aussi un bon piège pour les gens qui copient-collent certain de mes articles.
    Je vous souhaite une bonne soirée
    Cordialement,
    Philippe

  5. bonjour, ou bonsoir,
    au sujet de l’article « le mensonge et les yeux », pour quelles raisons le regard d’une personne s’oriente vers une certaine direction quand elle invente (ou se souvient peu importe) quelque chose? Qu’est ce qui déclenche ce reflex chez l’individu ?
    merci d’avance

  6. bonsoir philippe
    trés bon article se mettre a la place de l’autre
    employé en pnl oui comme des milliers d’autres
    techniques
    le mirroring en français établir le rapport n’est
    pas un présupposé de la pnl mais la technique phare etablir le rapport établir avec un autre une
    relation d’harmonie d’entente d’accord ou d’affinité synchronisation sur voix respiration
    gestuelle rythmes divers
    quant au site de romain j’en ai trouvé d’autres
    exactement meme presentation et aussi cette offre de 10 PAGES LES MOTS CHANGENT le reste
    est identique récupérer les adresses mails de
    personnes intéressées par tel ou tel sujet est
    il le but je me pose la question???????
    Offre généreuse ou marketing subtil????
    CORDIALEMENT

    MIKE

  7. Bonjour Romain,
    Je ne savais pas que c’était un présupposé de la PNL. Pour ouvrir une petite parenthèse je ne suis pas un adepte de la PNL comme on pourrait le penser (la seule fois ou j’en parle explicitement est l’article sur le regard et les travaux de Richard Bandler et John Grinder). J’ai « découvert » la PNL par l’intermédiaire d’un des livres de Tony Robbins que tu dois connaitre 🙂 . Voilà pour la parenthèse que tu m’as donné l’occasion d’ouvrir. Le mirroring je connaissais le terme mais uniquement dans le but de faire baisser la garde de l’autre afin de mieux le choquer mais c’est tout. Pas de but empathique, pas de tentative de communication.
    Bonne journée à toi,
    Cordialement,
    Philippe

  8. Hello Philippe,

    Comme tu le suggères, modifier son langage corporel pour influer sur son état d’esprit est un présupposé de la PNL.
    J’utilise consciemment cette technique dans la cas bien spécifique d’augmenter mon niveau d’énergie et mon ouverture aux autres lorsque je constate une situation où je ne suis pas au top de ma forme ou que je me renferme sur moi-même.
    Ensuite, en adoptant le langage corporel de son interlocuteur, on parle ici de mirroring. Cette technique permet à deux personnes d’entrer plus facilement en connexion. Pour ce qui est de développer l’empathie, je suis encore curieux de tester la chose.

    Bonne journée et merci de ta réponse !
    Romain

  9. Bonjour Romain,
    Merci pour ton commentaire, oui effectivement le fait de se mettre à la place de l’interlocuteur de cette manière induit le fait que l’on va réagir à notre manière à la situation. C’est la raison pour laquelle je dis que c’est une « base » pour mieux comprendre une situation mais cela donne quand même dans l’ensemble de bons résultats.
    Concernant ta suggestion cela me fait penser à de très anciens livres sur la pensée positive qui lorsque l’on a des difficultés à se visualiser dans un état positif on utilise la technique inverse, qui consiste à se « forcer » à adopter une posture positive qui inconsicemment va nous influencer dans ce sens. Par contre, mais c’est juste mon avis, j’ai un peu peur qu’en faisant comme cela on contredise ses pensées et que l’on donne ainsi une image qui ne corresponde pas à nos paroles. Exercice je pense assez difficile également. Tu utilises cette technique personnellement ?
    D’ailleurs en passant j’invite mes lecteurs à jeter un oeil (et même plus) à ton très bon blog: http://www.decodeurdunonverbal.fr/
    Bonne journée à toi
    Cordialement,
    Philippe

  10. Merci Philippe pour cet article. Se mettre à la place de l’autre est une excellente technique. Il faut cependant bien veiller à ce que ses propres filtres n’entachent pas son jugement.
    J’aimerais te soumettre une suggestion liée au langage corporel et qui permet de se mettre encore plus facilement dans la « peau de l’autre ». Elle part du simple constat : le corps traduit l’état d’esprit et inversement une modification volontaire du langage corporel impacte sur les émotions. En adoptant le langage corporel de son interlocuteur, on se met sur la même longueur d’onde émotionnelle. Pratique pour développer plus rapidement l’empathie non ? Qu’en penses-tu ?

    Encore une fois, merci pour cet excellent article.
    Romain

  11. Bonjour,
    Merci pour cet article, effectivement ne j’avais jamais pensé a regarder ce qui se passe autour de la personne qu’on regarde. Je vais tester ca !

Comments are closed.