Mensonges et contextes

Bonjour ! (Mise à jour de cet article le 1er mai 2015)

Attaquons sans plus tarder  ce nouvel article qui va remettre en lumière (ou disons pour repasser une bonne couche) la détection des mensonges et l’étude du contexte lié à une situation bien précise.

Détecter les mensonges avec les outils dont vous disposez maintenant est une chose. Étudier les réactions limbiques d’un personne suite à une mise sous pression, suite à une question gênante que vous avez posé c’est très bien (ou toute autre technique). Mais peut-être avez-vous  loupé quelque chose. Peut-être la personne que vous êtes en train d’observer arrive à dissimuler un peu ses réactions. Peut-être avez-vous pris l’action avec un peu de retard. Ou cette personne n’est pas sous pression au moment où vous l’observez.

Il y a un élément qu’il faut toujours prendre en compte, ce n’est pas évident car il y a beaucoup de chose à prendre en compte et en particulier en « temps réel », c’est le contexte de la situation. En fait vous pouvez vous servir de l’analyse du contexte comme technique à l’aveugle comme par exemple vous ne pouvez qu’entendre les déclarations de la personne que vous ciblez. Vous pouvez aussi analyser le contexte à lui seul et séparément lorsque vous pouvez le faire (une vidéo que vous pouvez visionner autant de fois que le pouvez par exemple).

Ceci est d’ailleurs une technique à ajouter à votre arsenal lorsque vous pouvez analyser une situation d’une manière asynchrone.

Par exemple vous désirez analyser la vidéo d’une personne qui fait une déclaration dans les médias. Voici pour rappel la meilleure méthode pour avoir un maximum d’information et donc d’éléments à analyser pour détecter les mensonges.

1) Regarder la vidéo sans le son.

2) Regarder la vidéo sans la vidéo. Non je plaisante, écoutez la vidéo sans regarder l’image.

3) Sans le son ni l’image (plus besoin de la vidéo donc) réfléchissez au contexte de la situation.

Dans le cas No 1 vous allez observer plus facilement les réactions physiques de la personne que vous étudiez sans être influencé par les paroles qui peuvent êtres prononcées. Notez à quels moments de la vidéo vous avez remarqué quelque chose sur une feuille par exemple.

Dans la deuxième action que vous allez réaliser, écoutez seulement le son, remarquez la fréquence des paroles, la respiration (si possible), est-ce un débit calme, rapide ?. Y’a t-il justement des changements de rythmes ? notez à quels moments également vous les avez remarqué. (consultez mon article précédent sur la détection des mensonges et le son ici)

Ensuite visualisez à nouveau la vidéo avec le son et l’image tout en consultant vos notes. Vous allez remarquer un bon paquet de choses.

Et le point 3 dans tout cela ?

Maintenant mettez la vidéo de coté et analysez, réfléchissez au contexte de la situation, mettez-vous à la place de votre « cible » et posez vous la question de savoir comment vous auriez répondu (aux questions posées par exemple) si vous aviez été exactement dans la même situation (petit exercice d’empathie qui peut être difficile lorsque l’on en a pas l’habitude). Est-ce que dans telle ou telle situation critique votre seule préoccupation aurait été quelque chose de banal, hors sujet ?

Rien de mieux qu’un petit exemple réel:

Voici la situation (si vous l’acceptez).

Dans un petit village de France, habite une jeune fille, qui va tous les jours à l’école dans son collège. Ce jour là, en fin de journée, à l’heure où cette jeune fille rentre de l’école, eh bien elle ne rentre pas. Non pas qu’elle ne veuille pas rentrer mais en fait elle a disparu, personne ne l’a vu ni ne sait où elle est.

Très rapidement les enquêteurs se penchent sur la fugue. Avec tout ce qui s’est passé ces derniers temps en matière d’enlèvements qui se sont mal terminés il est difficile de ne pas penser à la situation la plus tragique, mais si les enquêteurs s’orientent d’une manière déterminée sur cette piste ce n’est pas un hasard alors prenons le comme contexte.

Le père de cette jeune fille s’exprime dans les médias: « non ce n’est pas une fugue, elle peut avoir été enlevée, elle peut être séquestrée quelque part, la pire des choses pourrait arriver ».

N’avez-vous jamais remarqué certaines personnes qui viennent de perdre un être qui leur est cher (enfin on se demande) être absolument froid, n’éprouver absolument aucun sentiment, mais alors aucun, et qui ne semblent pas du tout éprouvés par ce qu’il leur arrive (une situation où l’on se sais pas et qui dure dans le temps par exemple) ?

C’est exactement ce qui s’est passé ici. une froideur exempte de toute inquiétude ont accompagné les paroles de ce monsieur qui semblant dénier la fugue préfère froidement s’étaler sur une catastrophe bien plus tragique.

Analyse du contexte: si votre enfant disparaissait et en étant « sur » qu’il ne s’agissait pas d’une fugue, vous « amuseriez » vous à orienter la conversation vers ce sujet ? Ne seriez-vous pas inquiet (juste un peu) ? Certainement que cela se verrait sur votre visage. Et sur le mien aussi je vous assure. Là, rien, pas de fatigue, pas de réaction, pas d’inquiétude, elle a été enlevée, point. Pas de fugue.

Sans vidéo et en écoutant juste ces paroles vous pouvez soupçonner quelque chose. Lorsque j’ai vu ce monsieur s’exprimer je n’ai pas vu sur le coup des réactions ou signes de mensonges, mais en voyant ce manque d’émotions et la claire orientation de la conversation (ou plutôt la tentative de changer le sujet fugue en enlèvement) plus le déni de la fugue (et pourquoi donc ce ne serait pas une fugue) j’ai tout de suite pensé à une fugue. Et ce fut bien une fugue, heureusement.

Bien sur la seule analyse du contexte ne permet en rien d’affirmer la détection d’un mensonge mais elle vous donne une piste à suivre sur laquelle vous pourrez calquer vos autres observations.

L’analyse de la situation, du contexte, permet de mettre en évidence des incohérences, des réactions diamétralement opposées à une situation donnée à laquelle il est évident de réagir d’une telle manière. Ici le manque total de sentiment, d’inquiétude, la froideur ont été mis en relief par le contexte opposé de la situation. Si vous n’arrivez pas à détecter des mensonges face à un menteur professionnel, reportez votre décision, analysez en détail le contexte, l’histoire et vous trouverez peut-être des indices. Mettez-vous à la place de la personne, quels seraient vos intérêts d’agir de telle ou telle manière.

Si la notion de détection des mensonges dans une situation en temps réel est difficile, certains contrastes (choquants parfois) peuvent se mettre en évidence d’eux même si vous analysez le contexte de la situation. Et peuvent vous donner encore plus d’indices.

Si vous pouvez analyser une situation à tête reposée comme une vidéo par exemple, n’hésitez à employer la technique en 3 points que nous avons abordés en début d’articles, vous verrez d’étonnants résultats !

Cet article se termine ici,  je vous souhaite une  bonne détection des mensonges. Et n’oubliez pas, entraînez-vous !

Bien à vous,

Philippe